+33 1 34 85 03 63 Contactez-nous
Chemin de la Tremblaye - 78125 LA BOISSIERE ECOLE

Engagement environnemental

Tout part de la forêt, elle nous inspire vers l’Agriculture de Conservation, véritable agriculture de régénération.

La forêt ne laboure pas, n’utilise ni insecticide, ni désherbant par l’ombre qu’elle fait à ses pieds, elle nous montre la voie.

Pas de labour, pas de hersage pour préserver les vers de terres, carabes et autre insectes du sol, partenaires indispensables pour transformer la biomasse végétale en matière organique, nécessaire à la vie du sol (bactéries, champignons), à la séquestration du carbone.

Un couvert végétal permanent comme ci-contre, tel est notre objectif, au fil des années tisser une véritable couverture, entrelas de racines, de débris végétaux qui protègent le sol de la battance de la pluie, limite l’évaporation de la terre mais surtout empêche les mauvaises herbes de germer. Donc pas de désherbant !

Enfin le génie du végétal, associer les plantes dans leur complémentarité ou leur concurrence pour optimiser la production de fourrage pour les animaux et la production de racine pour le sol avec notamment la luzerne.

Une spirale vertueuse par la production de biomasse des racines, de plantes qui produisent la biomasse végétale pour nourrir les animaux, qui pâtureront à l’ombre des arbres, ces derniers produisent de la biomasse par branches et feuilles. Trois niveaux de production végétale : racines, fourrages, fruits et feuilles de l'arbre, un cycle vertueux que l’Homme par son savoir essaye de maîtriser du mieux possible. Les Normands ne faisaient-ils pas cela autrefois ? Nous n’inventons rien, essayons de faire mieux !

 

Luzerne

                        
Tisserand de sol


Le noble fumier, les effluents de la fromagerie sont digérés par la méthanisation, comme dans une panse de vache, pour produire grâce aux bactéries, du méthane qui vient animer un générateur d’électricité pour couvrir la demande de 3 villages ! Grâce à ce procédé, nous rejetons 25 fois moins d’équivalents CO2 dans l’atmosphère.

De ce fait notre empreinte carbone est de seulement 0,73 Kg de C02 par litre de lait de vache quand ceux qui se préoccupent de ces aspects en France sont à 1,20 Kg en moyenne, nous faisons 40% mieux qu’eux !

Pas de labour, pas de travail superficiel, moins d’heure de tracteur, moins de consommation de carburant, d’eau et d’engrais chimiques, moins d’investissement, l’agriculteur préserve son dos, valorise son temps à observer les prairies, les cultures, les associations de plante, il devient acteur de paysage par l’implantation d’arbres, de haies en association avec les chasseurs qui viennent réguler la faune sauvage pour que la forêt se régénère. Alors il devient un Homme heureux !

Nous sommes certifiés ISO 14001 depuis 2006, c’est la protection de la rivière qui nous a motivés pour s’inscrire dans cette démarche d’amélioration permanente.